Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 13 a débarqué sur le forum le 29/10/17 ! ❅
bravo à won hyuk et bi joo, nos membres du mois !
on se retrouve pour voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'event c'est parici !
n'oubliez pas de choisir vosfraternités et groupes parici !

Page 1 sur 1
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1361-suhee-1111 En ligne
avatar
♢ Messages : 354 ♢ Arrivée : 10/05/2017 ♢ Pseudo : wonderland, kass. ♢ Wons : 732 ♢ Avatar : kim chungha queen. ♢ Crédits : avatar ; @kawaiinekoj


♢ Occupation : paumée dans la réalité. première année (boursière) aux départements des sciences naturelles, cursus astronomie -- petite vendeuse au sourire solaire dans les rayons d'une supérette.
♢ Age : vingt-et-un an. (11.11)
♢ Situation : célibataire since 96, cœur marbré. romantique désabusée.
♢ Yours :
— j. miran ; j. hanae. ; k. nana. ; c. eunhee.


 first step. breath. (karmhee) | Ven 11 Aoû - 23:00

everything in the universe has a rhythm.
suhee x karma
elle attend suhee. le sourire vrai sur le bout des lèvres, le regard qui divague, qui vole, qui explore le monde devant elle. elle, petite spectatrice, petite poussière dans l’univers. elle est là, perchée sur son muret, son trône, son royaume. il y a les jambes qui se balancent, qui cassent l’ennui, qui chassent les questions. les écouteurs dans les oreilles, elle est perdue dans sa propre bulle, elle vit au rythme de sa musique, aux balancements réguliers de ses jambes, à ses talons qui cognent, rebondis contre le mur. elle inspire, ça gonfle dans les poumons, il y a la poitrine qui se soulève, une deux, une deux. rythme régulier, comme ses pieds. elle baisse le visage, son regard se pose, dépose sur des choses qu’elle ne voit plus. ses pieds, ses cuisses, ça part à la dérobé, ça s’attarde sur son sac de sport. elle se demande encore pourquoi. pourquoi a-t-elle dit oui. parce que c’est dans sa nature ; le oui est sa vie, elle ne connait pas le non suhee. la négation n’a pas sa place dans son âme. elle attend suhee, elle attend l’été prochain, l’hiver, le printemps, l’automne, la fin, le début, elle attend le jour, la nuit, elle attend la vie. mais elle l’attend lui. mais pendant ce temps, elle cherche les sourires sur les visages ternes des inconnus, elle cherche le rose dans ce gris ordinaire. elle cherche le beau dans ce terne.

et puis ça cogne contre sa vie, la brise légère de fin de journée qui s’attarde sur elle, qui ne la contourne pas. la brise qui la fait existé. qui caresse ses joues porcelaines, qui lui font cligner les paupières, qui joue dans ses cheveux relâchés. elle ferme les yeux, les traits de son visage se détendent un peu plus. elle se laisse portée, s’emportée. le sourire un peu niais sur le bout de ses lèvres. sa tête se balance, ses mains s’agrippent au muret, une des sangles de son sac coincée dans ses doigts et c’est le haut de son corps qui suit. mouvement balancier, d’avant en arrière, de gauche à droite. doucement, discrètement.

bercée, elle se perd dans ses pensées. elle pense, à tout, à rien. à eunsoo, à sa prochaine rentrée, une boule qui se forme dans son ventre, elle a presque peur suhee. à seong hwan, il y a son cœur qui bondit, qui se serre, des sentiments qui la giflent. à kibum. ce menteur. il y a la gorge qui se serre quand elle pense à lui. elle ne l’a pas revu depuis la dernière fois, elle ne sait pas comment il va, ce qu’il devient. depuis ce jour-là, elle n’est pas retournée à la boutique. ça lui manque, mais chaque fois qu’elle prend la direction, elle prend peur, tout son corps se fige sur le chemin, elle a peur de le voir. de voir le changement qui se fait chez lui, trop vite, trop fort. elle baisse la tête, inspire profondément et ouvre les yeux. elle cherche son portable dans la poche de son blouson aviateur, elle regarde l’heure. il est en retard. elle gonfle ses joues d’air. relève la tête et un sourire se dessine sur le bout de ses lèvres. elle le voit arrivé, au loin.  


Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1725-homemade-dynamite
avatar
♢ Messages : 302 ♢ Arrivée : 03/07/2017 ♢ Pseudo : SKATE VIBE. + Lau pour les intimes ♢ Wons : 611 ♢ Avatar : jj ♡ ♢ Crédits : ©soulmate♡ (vava) + ©sialbb (sign)
40W



♢ Occupation : dessin, principalement, puis la formation se voit être complétée par l'étude de la peinture ; mais il n'est pas rare de l'apercevoir dans des cours de musique et de sculpture, ou encore d'astronomie à ses heures perdues, silencieux, recroquevillé au fond de l'amphithéâtre.
♢ Age : vingt-et-une bougies soufflées sans envie.
♢ Situation : cœur qui se fait vraisemblablement rattraper.
♢ Yours :
i like to be a l o n e.
but i would rather be alone with you.


 first step. breath. (karmhee) | Jeu 24 Aoû - 20:30



La sonnerie résonne un peu, lointaine, puis c'est le brouhaha qui se fait incessant, à la façon d'un bourdonnement d'abeilles insupportables, criant sur ses tympans engourdis --- pour autant le corps inerte de Karma reste immobile, comme s'il avait été figé à même le bureau de bois où repose la moitié la plus haute de son squelette.

(à la suite seulement de quelques minutes de cours magistral il s'est avéré que « barbant » fut l'adjectif que karma choisit pour décrire ce professeur à la voix soporifique.)
(il n'a pas su retenir son attention, voilà tout.)

Coup de coude un peu brutal qui s’aplatit dans ses côtes, quelques rires enfantins viennent se loger près de sa caboche, c'est de bonne guerre ; karma n'apprécie pas être réveillé brutalement, comme son partenaire de dessin – son prénom lui échappe toujours, n'apprécie pas se retrouver dans une salle plongée dans le noir, fermée à clef, aux alentours de 2 : 00, alors qu'il avait eu le malheur de s'assoupir aux côtés du plus jeune des yun.

(qui avait vraisemblablement oublié de le réveiller.)

« t'avais pas un rendez-vous ? » --- Ah oui. Putain. Pupilles qui se dilatent puis qui se contractent sous la lumière, karma il vacille violemment, tombe à moitié de sa chaise quand il tente de choper son sac à dos déchiré par endroit, c'est une vieillerie sans nom. Il sursaute probablement un peu, passe sa main sur ses traits endormis pour se donner un peu de contenance, puis se dirige en grand trombe vers la sortie en adressant un vague signe de la main à son ami.
à peine sorti qu'il fout le bagage sur son dos, attrape la lanière.
Tic tac, il mate un peu sa montre, écarte son regard, puis l'y replonge parce qu'il se rend compte qu'il l'a pas lue, l'heure.
Il est en retard.
Il court, glisse sur les rampes des escaliers et manque de se rétamer sur la dernière, puis se remet à courir.
Sur le coup il se sent con, surtout stupide, pas mal irresponsable aussi, parce que c'est lui qui a besoin d'elle, qui a demandé son aide à elle, et qu'à n'importe quel moment elle pourrait décider de changer d'avis, de se dérober devant un élève pas très ponctuel, de tracer sa route, d'ignorer leur accord.
Mais suhee, elle a pas l'air d'être ce genre de femme. C'est peut-être pour ça qu'il l'a choisie, d'ailleurs. Elle, et pas une autre. Elle et son corps qui danse sur l'eau, qui nage pas, non, suhee c'est pas son style. Toute en délicatesse, en sagesse un peu, p'tite boule de tendresse.

Il vire à droite au bout de la rue, quitte le département des arts, puis l'aperçoit ; il lui décroche un sourire enjoué et désolé quand il arrive à sa hauteur, et ses yeux ils accrochent les siens. « je suis profondément & sincèrement désolé de mon retard – » il se gratte l'arrière de la tête, déblaie ses cheveux aplatis par Morphée, le souffle difficile. « j'étais en cours – un truc passionnant, je t'assure. » qu'il affirme avec des yeux un peu endormis, un peu plissés, tellement passionné qu'il a encore la trace de sa chemise sur la tempe. On dit bravo karma dans ces cas-là. « Alors, comment te portes-tu, Suhee ? » ton enjoué, mine amusée, il est content de la revoir.




don't wanna be lonely. just wanna be yours.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1361-suhee-1111 En ligne
avatar
♢ Messages : 354 ♢ Arrivée : 10/05/2017 ♢ Pseudo : wonderland, kass. ♢ Wons : 732 ♢ Avatar : kim chungha queen. ♢ Crédits : avatar ; @kawaiinekoj


♢ Occupation : paumée dans la réalité. première année (boursière) aux départements des sciences naturelles, cursus astronomie -- petite vendeuse au sourire solaire dans les rayons d'une supérette.
♢ Age : vingt-et-un an. (11.11)
♢ Situation : célibataire since 96, cœur marbré. romantique désabusée.
♢ Yours :
— j. miran ; j. hanae. ; k. nana. ; c. eunhee.


 first step. breath. (karmhee) | Ven 25 Aoû - 20:18

everything in the universe has a rhythm.
suhee x karma
poupée oubliée. suhee, elle attend. suhee, elle a l’temps. elle l’aura toujours. il y les secondes qui défilent, les vies qui passent devant elle, pressées, alors qu’elle, elle est figée dans le temps, elle stagne, assise du haut de son royaume. il y les pensées bazars alors qu’elle s’invente un monde. suhee, elle a l’impression d’avoir tout le temps qui faut. elle n’est pas pressée d’être demain, pourtant, elle est pressée de vivre suhee, même si elle ne connait pas le chemin, même si elle ne sait pas ce que sera fait demain. alors si les autres ont peur de ne pas avoir le temps, suhee, elle a pas peur, elle prend le temps qu’il faut. elle ferme les yeux quelques secondes, elle inspire, expire. respire. hume l’air, l’odeur de la fin de journée. suhee, elle oublie la pollution, les mauvaises odeurs, suhee, elle sent autre chose. la nature, la chaleur du soleil qui se couche, suhee, elle sent les effluves des parfums, elle sent, ressent. et puis c’est tout, suhee, elle prend le temps. et ce temps, elle l’utilise, elle ressent les choses, elle s’attarde sur l’invisible –comme elle. après tout, ce qui se ressemble s’attire. suhee, elle est oubliée, elle fait tâche dans le tableau, mais elle se complait dans son monde, dans le sien.

le rythme de la musique balance, s’accapare de son enveloppe corporelle, et elle se laisse emportée. comme à chaque fois, elle se laisse entraîner, elle se laisse vivre. la brise qui chatouille le bout de son nez la fait frissonner et elle ouvre de nouveau les yeux, s’attarde sur un monde terne qu’elle s’amuse à colorée des plus belles couleurs de sa palette. elle invente, elle crée. elle s’occupe, puisqu’il est en retard. pourtant, elle ne bougera pas de son muret, quand bien même elle doit l’attendre des heures durant. parce que suhee, elle a le temps. puis il y a le soupire qui se veut soulagé, le sourire qui se fait presque niais sur le bout de ses lèvres, ses yeux qui sourient, deux croissants de lunes qui rayonnent. elle retire ses écouteurs, les range dans sa poche de blouson. puis il y a sa voix qui s’envolent, des excuses acceptées pas encore tout à fait terminée. elle hoche doucement la tête suhee, ce n’est rien. elle l’écoute, le sourire toujours plaqué sur ses lèvres. « .oh, ce n’est pas grave karma ! » qu’elle dit alors que sa main s’agrippe un peu plus à son sac. son regard, il le détail, s’amuse de cet air endormit qu’il tente de cacher. « .ça va, c’est une belle journée. elle descend rapidement de son muret. petite poussière insignifiante, elle perd de la hauteur. le sourire amusé, elle fronce un peu les sourcils, sa main se lève en sa direction. son index frôle la marque laissée sur sa tempe. .et toi ? je suppose que morphée était passionnante ? » elle s’amuse suhee. elle passe une main dans ses cheveux ondulés, les ramène tous à l’avant, du même côté. « .est-ce que t’es prêt pour ta première leçon ? » qu’elle demande. parce qu’elle, elle sait pas.

tu sais karma, elle a beaucoup hésité suhee, à te dire oui. c’était toujours peut-être, on verra, puisque le non ne fait pas parti de son vocabulaire. puis finalement, sa raison d’être a frappé, encore et toujours. sauf qu’elle ne sait pas suhee, elle n’a jamais fait ça. passionnée par les mots, bercée par sa voix, elle s’avance vers l’entrée, le sac sur l’épaule. elle a l’habitude, elle connait le chemin par cœur qu’elle pourrait y aller les yeux fermés. un jour, parce qu’elle avait le temps, elle s’est amusée à compter les pas jusqu’à l’entrée, puis elle l’a fait, les yeux à moitié fermés. elle s’est pas perdue, juste cognée une bonne trentaine de fois. les marques sont restées des jours. peau frappée.

l’entrée passée, le badge validé pour deux, elle le laisse passer le premier. trop respectueuse pour prendre les devants, trop fragile pour prendre la tête. elle s’arrête, le regarde. « .là-bas, il y a vos vestiaires, on se retrouve près du bassin ? »


Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1725-homemade-dynamite
avatar
♢ Messages : 302 ♢ Arrivée : 03/07/2017 ♢ Pseudo : SKATE VIBE. + Lau pour les intimes ♢ Wons : 611 ♢ Avatar : jj ♡ ♢ Crédits : ©soulmate♡ (vava) + ©sialbb (sign)
40W



♢ Occupation : dessin, principalement, puis la formation se voit être complétée par l'étude de la peinture ; mais il n'est pas rare de l'apercevoir dans des cours de musique et de sculpture, ou encore d'astronomie à ses heures perdues, silencieux, recroquevillé au fond de l'amphithéâtre.
♢ Age : vingt-et-une bougies soufflées sans envie.
♢ Situation : cœur qui se fait vraisemblablement rattraper.
♢ Yours :
i like to be a l o n e.
but i would rather be alone with you.


 first step. breath. (karmhee) | Dim 10 Sep - 19:43



suhee et ses yeux qui sourient jusqu'aux tempes, suhee et ses joues qui se relèvent sous la gaieté ; sorte de sucrerie ensorcelée, pas les pâles copies qui picotent sous la langue, plutôt les originales dont on peut pas se passer, qui nous rappelle les après-midis sur un banc de la cour de récré, quand la vie oppresse pas encore la cervelle d'obligations.

Il l'observe descendre de son piédestal, perdre toute sa hauteur, suhee sorte de fée intemporelle, incapable de ressentir des émotions négatives, les sourcils froncés ça fait tâche sur son visage. « oh, quoi ? » karma prit à son propre jeu, enfant pommé dans son mensonge de rien du tout, qui passe ses doigts sur le côté de son crâne. « okay je suis grillé. Ce cours était tellement chiant que je me sentais mourir. » vérité qu'aucun élève serait prêt à discuter, de peur de se faire taper les doigts par pinocchio lui-même – et sûrement pas karma, premier à s'endormir, dernier à s'enfuir. Y'a que les cours pratiques qui gardent ses yeux ouverts, qui captent l'attention nécessaire afin qu'il se sente assez passionné pour se consacrer pleinement à l'exercice. « m'enfin je pense que je vais t'épargner le contenu de ce cours magistral – parce que je suis incapable de te dire de quoi nous avons parlé, en vrai. » qu'il ricane un peu, alors que la sentence tombe.
et.

est-ce que t'es prêt karma ?

est-ce que t'es prêt à essayer d'aller de l'avant sans penser à ce qui risque de te tirer vers le bas, vers le fond, vers l'abîme noir, inconnu, invisible, indescriptible, vers ce qui t'attire autant que ça te repousse, qui te rend curieux à en mourir et réticent à t'en cacher, toi, le roi de la consommation des choses déconseillées pour rester en vie le plus longtemps possible-
« ouais, enfin j'imagine. » peut-être, peut-être pas. parce que y'a pas de raison que ça se passe mal, y'a pas de raison que sa bonne étoile le lâche au dernier moment – mais y'a pas de raison non plus que sa respiration se bloque pas, y'a pas de raison pour que ses membres se tendent pas sous la tension, sous l'appréhension meurtrière.
Non, y'a pas de raison.
Karma il dépasse suhee, redécouvre les bancs tout blancs où il l'avait longtemps observée, avant de lui demander ; cousine éloignée des sirènes, il en doute pas, la grâce humaine quand on nage dans le transparent ça existe pas.
« ça marche, je me dépêche. » qu'il balance, la voix même pas enrouée. Il se sent quand même en sécurité, c'est le but.
(il recule plus karma.)

__________________________________________________


maillot enfilé en vitesse, il attend l'heureuse élue près de la cage. Y'a le cœur qui tambourine tellement qu'il sait qu'il serait capable de l'abandonner ici, de ressortir par le gosier tellement il en a sa claque de ses tours de manèges à ce gamin.
et.

est-ce que t'es prêt karma ?

est-ce que t'es prêt à plonger, tête la première dans ta peur, yeux grands ouverts pour ta plus grande frayeur, en évitant qu'elle t'étouffe, qu'elle te serre à la gorge, qu'elle te mange. En faisant tout pour qu'elle t'accable pas, qu'elle te perde pas.

(stop, Karma il doit jeter ses pensées parasites.)

Suhee elle arrive, le pas léger et les cheveux attachés, aussi jolie qu'à son habitude, aussi innocente qu'un papillon – interdiction de toucher sous peine de plus le voir voler. Karma il tente un sourire un peu crispé – il est découvert à des kilomètres, ça empeste la crainte. « alors ? On commence par quoi ? » besoin de parler, besoin de s'exprimer pour penser à autre chose qu'à ses idées noires.
peureux mais déterminé.





don't wanna be lonely. just wanna be yours.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1361-suhee-1111 En ligne
avatar
♢ Messages : 354 ♢ Arrivée : 10/05/2017 ♢ Pseudo : wonderland, kass. ♢ Wons : 732 ♢ Avatar : kim chungha queen. ♢ Crédits : avatar ; @kawaiinekoj


♢ Occupation : paumée dans la réalité. première année (boursière) aux départements des sciences naturelles, cursus astronomie -- petite vendeuse au sourire solaire dans les rayons d'une supérette.
♢ Age : vingt-et-un an. (11.11)
♢ Situation : célibataire since 96, cœur marbré. romantique désabusée.
♢ Yours :
— j. miran ; j. hanae. ; k. nana. ; c. eunhee.


 first step. breath. (karmhee) | Mar 12 Sep - 12:59

everything in the universe has a rhythm.
suhee x karma
y a les paupières qui se ferment alors que le soupir s’échappe de sa bouche entrouverte, y a les mains qui s’attardent à attacher les cheveux en une queue de cheval, y a le psychique qui tente d’effacer les mauvaises questions, les points d’interrogations mal placés. et si elle échouait suhee, et si au lieu de le garder à la surface, elle l’attirait au fond de l’abysse ? et si au lieu de l’aider elle l’enfonçait un peu plus ? y a le cœur qui tape contre la cage dorée, il y a la respiration qui se fait de plus en plus lourde et les mains qui s’accrochent désespérément au lavabo devant elle. le visage baissé, les traits tirés, saccagés par les nombreuses questions. elle ne sait plus suhee, elle n’a jamais fait ça suhee ; elle n’a jamais appris à quelqu’un à surmonter sa peur. elle déglutit, relève son visage et son regard croise son reflet. désemparé, presque sur le fil du rasoir. y a la lèvre inférieure coincée entre ses dents, les sourcils légèrement froncés alors qu’elle tente de répondre, ou d’effacer les questions, les doutes, à ce stade, elle ne sait pas ce qu’elle doit faire. une porte claque, le cœur qui manque un battement, le corps qui sursaute. elle n’a pas le choix suhee, elle n’a plus le choix.

elle ne recule jamais et le non, je ne peux pas, ne fait pas parti de son vocabulaire.

sauf.
sauf.
sauf, oublie suhee.

elle inspire profondément, se redresse, chasse le poids des doutes qui affaissent ses frêles épaules et elle y va suhee, attrape son sac de piscine et s’avance d’une démarche tout sauf assurée. pourtant, on a l’impression qu’elle vole suhee, le corps qui balance au même rythme que ses cheveux, le sourire toujours plaqué sur les lèvres dans n’importe quelle circonstance. et y a le regard qui capte la silhouette du jeune homme, elle s’active, se dépêche de le rejoindre. y a le regard qui s’attarde sur le bassin, l’endroit préféré, l’endroit adoré. l’eau. si paisible en surface mais si imprévisible en secret. elle dépose ses affaires suhee, sur les bancs blancs près du bassin. la voix de karma qui résonne, qui fait écho contre les murs de la piscine. et elle sent qu’il est inquiet, elle le voit, le ressent et elle penche la tête sur le côté. et elle affiche un sourire doux. elle inspire profondément, prend place à ses côtés. tord sa bouche et souffle doucement. – première leçon. respire karma. on est pas encore dans l’eau. on ira à ton rythme, je vais pas te demander de sauter du plongeoir de trois mètres maintenant. et elle rit doucement suhee. balance un peu ses jambes dans le vide. – à vrai dire, j’ai jamais fait ça non plus tu sais. j’veux dire apprendre à nager à quelqu’un. je sais pas si je suis la plus douée pour ça. elle est franche suhee, mais elle veut jouer carte sur table, elle ne veut pas donner des fausses joies, des fausses idées. – mais je ferais ce que je peux pour t’aider. elle se tourne vers lui, lui décroche un sourire jusqu’aux tempes, les yeux qui pétillent. – mais je dois dire que l’envie de piquer une tête maintenant me démange. elle se mord les lèvres suhee, sourire complice quand elle regarde le bassin. calme. et elle rêve de plongée, de brisée la quiétude. alors elle n’attend pas, elle se lève, retire le tee-shirt et le short, se retrouve rapidement en maillot de bain. elle n’est pas pudique suhee, elle a cessé de l’être la première fois qu’elle a enfilé son premier maillot de bain. – ah, petit conseil. si tu oses me rejoindre, va te mouiller aux douches, l’eau est à la même température que le bassin. petit avant-goût. et elle recule suhee, elle part en direction des douches murales, s’active, ne perd pas une seconde, frissonne à la température de l’eau. et elle en sort trempée, l’eau qui perle sur sa peau hâlée. suhee, elle brise les stéréotypes de la beauté coréenne, c’est pas la peau blanche qu’elle a, c’est la peau mielleuse. elle frissonne sur le chemin mais finalement, le sourire presque heureux, presque à son aise sur les lèvres. elle plonge. brise le calme, retrouve le sien. irrémédiablement attirée par l’eau. elle se perd, rompt contact avec la réalité, s’invente, s’imagine alors qu’elle ondule son corps pour remonter à la surface. le premier souffle d’air, le premier souffle d’air du nourrisson ; elle a l’impression de renaître. doucement mais sûrement, elle revient vers le rebord, le retrouve, toujours assit. elle s’accroche au muret. les mèches rebelles qui collent à son visage, les perles d’eau qui chatouillent ses cils. – désolée, j’ai pas pu t’attendre. elle s’excuse suhee, parce qu’elle a fait passer son envie avant son besoin. – va te mouiller et rejoins moi, même si tu restes assis au bord.


Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1725-homemade-dynamite
avatar
♢ Messages : 302 ♢ Arrivée : 03/07/2017 ♢ Pseudo : SKATE VIBE. + Lau pour les intimes ♢ Wons : 611 ♢ Avatar : jj ♡ ♢ Crédits : ©soulmate♡ (vava) + ©sialbb (sign)
40W



♢ Occupation : dessin, principalement, puis la formation se voit être complétée par l'étude de la peinture ; mais il n'est pas rare de l'apercevoir dans des cours de musique et de sculpture, ou encore d'astronomie à ses heures perdues, silencieux, recroquevillé au fond de l'amphithéâtre.
♢ Age : vingt-et-une bougies soufflées sans envie.
♢ Situation : cœur qui se fait vraisemblablement rattraper.
♢ Yours :
i like to be a l o n e.
but i would rather be alone with you.


 first step. breath. (karmhee) | Ven 3 Nov - 12:12



Karma au sourire un peu crispé qui se pointe sur la face habituellement solaire – qui s'empresse de fuir la vision de sûreté du visage de suhee mais qui s'efforce aussi à suivre les conseils dictés en relâchant la tension dans ses épaules, en respirant lentement, le cœur cognant contre la cage thoracique.
(détends-toi, karma.)
« ouais, ça m'paraît assez logique en fait. » enfant un peu insolent qui remonte à la surface – ironie que l'on cherche, ironie que l'on déterre pour détendre l'atmosphère. Pour chasser le tremblement plus ou moins contrôlé qui grignote le bout des phalanges.

Il tend l'oreille ; enregistre toutes les futilités comme un secret un peu honteux, se concentre sur l'écho de sa voix pour penser à autre chose qu'à l'eau qui n'attend qu'à le dévorer. Artiste en proie au doute qu'il l'assaillit doucement – c'est la sensation comparable au millier de coups de couteaux furtifs, qui prennent d'assaut tout à coup, en même temps. « non évidemment, je sais ça. » évaluation des risques que ça échoue qui s'est déroulée bien avant de débouler ici, si elle savait. « et j'attends rien de plus de ta part que d'essayer. » karma qui a confiance, karma qui a foi – en ce qui frôle aisément la magie. « je sais. » le sourire qui réapparaît sur le visage comme un levé de l'astre, qui peut pas rester enfermé éternellement alors que parler franchement a semble-t-il apaisé un peu le palpitant. Il tente même le rire, en baissant la tête comme un gamin que l'on aurait longuement réprimandé, qui sonne un peu faux à son oreille mais tant pis.
Il souhaite pas jouer le cadavre ambulant plus longtemps.
« mais je t'en prie. » l'étonnement mêlé à la jalousie – l'envie de pouvoir y flotter en toute insouciance qui se fait plus compliquée à retenir, qui guiderait presque ses pas jusqu'à l'échelle. « okay, bah, hmm, je t'attends ici alors. » Karma qui voit partir, les doigts entrelacés dans le dos - puis qui observe intensément la silhouette trempée qui se traîne sans peine jusqu'au bassin redouté, puis qui plonge à la façon d'un dauphin gracieux – et qui nage, nage si vite, si loin. suhee, c'est ça, suhee c'est la sensation de faire les choses si naturellement que ça en devient vite un modèle, qui attire toutes les âmes les plus cupides. L'homme émerveillé qui choisit de prendre place au bord de l'eau tandis que le contact électrolyse, mais qui pourrait la regarder faire des heures durant, aussi agile qu'un oiseau qui vole ou qu'une tigresse qui court.

Et karma entend plus qu'il n'écoute quand elle s'adresse de nouveau à lui, comme un appel un peu lointain, que l'on ne réussirait pas vraiment à déchiffrer. « t'excuses pas, c'est rien. » – à se demander si c'était une bonne idée, tout compte fait.
(stop, karma.)
« ouais, je – je reviens. » l'étudiant se mord les lèvres, aimerait probablement prendre les jambes à son cou maintenant qu'on le pose devant ce qui l'effraie le plus. Mais il est pas seul, exact ? Karma il est pas seul ; plus seul, alors il suit le même chemin que la nymphe à la peau délicieuse a emprunté, se glisse sous l'eau des douches sans grande réaction tant ses battements de cœur l'obsèdent, avant de revenir au bord du gouffre. Il s'y assoie à nouveau, fixe le regard de soutien certain. « ensuite ? » les mains crispées sur le rebord se détachent pour ramener ses cheveux en arrière, alors que les yeux partagent son appréhension. Il s'impose rapidement de se calmer – sous peine d'exploser.
(respire, karma.)
(respire- )





don't wanna be lonely. just wanna be yours.
Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1361-suhee-1111 En ligne
avatar
♢ Messages : 354 ♢ Arrivée : 10/05/2017 ♢ Pseudo : wonderland, kass. ♢ Wons : 732 ♢ Avatar : kim chungha queen. ♢ Crédits : avatar ; @kawaiinekoj


♢ Occupation : paumée dans la réalité. première année (boursière) aux départements des sciences naturelles, cursus astronomie -- petite vendeuse au sourire solaire dans les rayons d'une supérette.
♢ Age : vingt-et-un an. (11.11)
♢ Situation : célibataire since 96, cœur marbré. romantique désabusée.
♢ Yours :
— j. miran ; j. hanae. ; k. nana. ; c. eunhee.


 first step. breath. (karmhee) | Dim 12 Nov - 17:15

everything in the universe has a rhythm.
suhee x karma
suhee douceur, suhee qui se veut apaisante. elle cache son stress, le cache bien profond pour qu’il ne ressorte pas, qu’il n’entache pas celui – déjà bien coloré ; du jeune homme à ses côtés. le rictus d’un sourire amusé se dessine sur ses lèvres trop souvent mordillées. le visage (presque) serein. elle ne répond pas suhee ; elle laisse juste le silence s’installer. pas forcément pesant, le genre de silence compréhensif, celui qui se veut rassurant, celui qui dit on prendra notre temps.
et le temps, elle en a suhee. elle a tout son temps – alors attendre une heure, deux heures, une semaine, ça ne la dérange pas. parce que tout vient à point, à qui sait attendre.
elle se redresse, l’idée de le laisser tranquille un moment en tête.
juste pour se retrouver – juste pour décider.
elle ne prend pas les décisions pour lui, tout ce qui sortira de sa bouche ne seront que conseils et encouragement. que des mains tendues pour rattraper, pas pour tirer. elle se veut bouée de sauvetage et non la crampe.
« bien, parfait si tu le sais. » elle se lève suhee, s’étire un peu avant d’annoncer qu’elle ira à l’eau en première. parce que suhee, elle lui laissera du temps, mais elle est impatiente de plonger. « d’accord » qu’elle chantonne, silhouette déjà éloignée vers les douches –

suhee qui se veut sirène ; sirène des temps modernes. suhee qui se veut entière. elle s’est toujours sentie bien, la tête sous l’eau, les pensées aux calme. où elle n’entend que les bruits feutrés par l’étendue d’eau. suhee, elle a toujours aimé nager – depuis qu’elle sait marcher. première a sauté dans les flaques d’eau au risque de se faire réprimander par la surveillante ; première à regarder la pluie tombée les soirs d’octobre lorsqu’elle était haute comme trois pommes. suhee, elle se souvient encore de la première fois qu’elle a nagé dans une piscine ; c’était comme si elle avait trouvé sa place. sa véritable place.
mais elle n’oublie pas l’objectif de ce jour.
karma.
karma qui attend sur le banc, les pensées sans doutes en désordre, le cœur sans doute à la dérive de devoir affronter la peur ; suhee qui remonte aussi vite qu’elle le peut. de peur de le laisser seul, de l'abandonné.
et suhee, elle n’est pas de ceux qui critiquent, qui ne comprennent pas pourquoi ; parce qu’elle sait, ce que c’est d’avoir peur de quelque chose. (…)
lorsqu’elle remonte à la surface, elle a l’impression de revivre, la main qui passe sur son visage pour chasser les dernières gouttes et ses cheveux, elle l’invite quand même à le rejoindre. elle ne peut s’empêcher de sourire lorsqu’elle le voit se lever pour aller aux douches, prit d’un courage insolent. elle ne le quitte pas des yeux. comme une mère qui couvre du regard son enfant qui apprend à marcher. les bras qui se croisent sur le rebord, le menton qui se pose sur les avant-bras, elle attend suhee.
le bas du corps qui ondule légèrement. elle s’amuse un peu suhee, le bas de son visage qui plonge, l’air qu’elle inspire rejeté par les lèvres pour en faire des bulles. et elle ne s’arrête pas quand il revient. les épaules affaissées comme s'il portait le poids du monde sur les épaules. quand il s’assoie sur le rebord de la piscine, le cœur en désaccord avec les pensées désordres.
elle arrête ses bulles, penche la tête sur le côté. elle le regarde, tendrement. le regard qui descend le long de la suite. qui voit les muscles se contractés, les mains qui sont crispées. le regard qui cherche du soutien. le ensuite qui résonne. l’appréhension qui désarçonne. elle se redresse, se décale. glisse dans l’eau. elle s’arrête juste devant lui, se rapproche, attrape chacune de ses mains pour les prendre dans les siennes, les bras qui se croisent sur ses cuisses. le regard qui remonte, qui croise le sien. et elle sourit suhee. « ensuite ? on attend. » qu’elle lâche, en toute simplicité. « respire karma. souffle-t-elle. on y va à ton rythme, c’est déjà bien ce que tu fais. t’es assis sur le rebord d’une piscine, les pieds dans l’eau. c’est déjà beaucoup. » et elle sait que bon nombre de personne ne se seraient pas approchés d’une piscine. « et puis je suis là, je fais bouclier. » qu’elle chantonne presque, le sourire aux lèvres.
« dis karma … tu sais pourquoi tu as peur ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
first step. breath. (karmhee)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: beojnamu university
the university of daegu
 :: le campus :: complexe sportif
-
Sauter vers: