Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

aidez-nous faire à décoller et promouvoir le forum en votant sur les topsites !
bienvenue sur wassup daegu, le forum a ouvert le 23/10/16 !
la partie histoire de la fiche de présentation est désormais obligatoire, mais totalement libre !
une fois que vous êtes validés, n'oubliez pas de remplir les champs de votre profil !
pensez à remplir votre fiche rps pour éviter d'être supprimés !
la version 13 a débarqué sur le forum le 29/10/17 ! ❅
bravo à won hyuk et bi joo, nos membres du mois !
on se retrouve pour voir la maj par ici !
pour en savoir plus sur l'event c'est parici !
n'oubliez pas de choisir vosfraternités et groupes parici !

Page 1 sur 1
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1851-they-won-t-take-me-out-my-element-
avatar
♢ Messages : 67 ♢ Arrivée : 01/08/2017 ♢ Pseudo : som ♢ Wons : 197 ♢ Avatar : amber liu (fx) ♢ Crédits : som (ava+signa) sial (code signa)

♢ Occupation : étudiante en musique & production, compositrice freelance
♢ Age : 21 ans (950725)
♢ Situation : vivant et entier, coeur à combler.

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Mer 16 Aoû - 1:27

untitled
Dualité
Coup, contre,
Rempart de lames et de larmes de sueur qui lui coulent le long des yeux.


Trouble dans son regard, ses mouvements deviennent plus lents.
Touché. Halte.

Elle laisse tomber rageusement le fleuret à ses pieds dans un geste désespéré de colère et d'impuissance. Le passage du temps s'était définitivement installer et le retour à son niveau d'excellence lui prendrait surement beaucoup trop de temps.
Matière qui lui manquait trop en ce moment.

Fuite de la piste, direction les coulisses. Le masque tombe tandis que le tissu qui traînait près de ses affaires éponge les dernières marques de ses efforts. Son regard glisse sur les silhouettes qui bougent dans la salle.

Ballet compliqué dans la grâce de l'épée. Un soupçon de regret qui glisse dans ses pupilles noires, elle aurait dû continuer à s'entrainer. Aurait dû . Avait pas su. Ping pong dans sa tête qui traverse son passé pour lui rappeler ce qu'elle était, ce qu'elle est, ce qu'elle aurait dû être.

Les trois visages d'Hécate.

Elle sait plus trop quoi faire Iseul, encore perdue dans les méandres de ses pensées, tourbillon ou gouffre sans fond. Bordel pourquoi c'est aussi compliqué. Et ça ne s'était pas vraiment arrangé ces derniers temps, un trop plein d'émotions qu'elle n'avait pas réussi à faire ressortir. Qu'elle aurait bien voulu fuir avec cette séance d'entraînement, mais ses démons ils étaient beaucoup plus coriace qu'elle.

Lâcher prise.

Alors elle se lève péniblement, ramasse les restes de sa carapace de pseudo-soldat sur le sol et sort de la pièce en saluant l'arbitre dans la langue de Molière, ou du moins les deux trois mots d'usage qui arrivent encore à se frayer un chemin entre ses neurones.

Pas lourd lorsqu'elle se traîne vers les vestiaires, mains frotter à l'encontre de sa crinière.

Regard bas.

L'sol est crade

La pression de ses pas n'en laisse pourtant pas de traces, ça la fait presque rire. Elle fait peut-être un peu trop de bruit en jouant avec ses semelles, vision d'un mouvement dans un coin de son champ de vision.

Regard haut.

Entente de deux regards, qu'elle est surement la première des deux à fuir tandis qu'elle se retourne, petit soldat de plomb, vers son propre casier.

Faut que je me barre d'ici.


Première pensée de son cerveau sommaire, à ce stade présent ça en devient presque une règle de survie. Paranoïa qui la pousse à sentir comme des lasers dans son dos, elle le sait elle se fait des films, mais les hérissements dans sa nuque n'aide pas à calmer sa nervosité.

En cet instant présent,

Seule avec elle.

Seonghee.

Dans sa tête c'est le carnage, vision des temps passés où elle aurait du être cet autre présent dans la pièce à ses côtés. Image même d'une perfection incarnée. Ses gestes se font maladroit, précipité.

Est-ce qu'elle aurait peur ?

Torpeur évacuée en un coup à cause d'un grand claquement de porte et d'une injure adressée au féminin.

Trop tard.

Manipulation de poignée dans une tentative désespérée. Elle se sait maintenant prise au piège dans les filets. Se débattre ne lui apporte rien.

Un dernier coup de pied à la porte, dernier élan qui évacue sa rage.

« Bordel ! »


Aucune autre parole qui ne pouvait mieux exprimer sa colère.

Prisonnière.




Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 748 ♢ Arrivée : 27/06/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 988 ♢ Avatar : Lisa - blackpink ♢ Crédits : suture - noh jin hyun - kibum
s a l e t é


aussi claire qu'un clair de lune
avec l'innocence de l'ennui
dessinant son esprit égaré
s e o n g h e e
♢ Age : l'âge d'une jeunesse envieuse ;
♢ Situation : En couple ; mais se fiche éperdument de l'être aimé

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Jeu 17 Aoû - 0:35



Corps éclairé par une fine lumière ; on distingue son reflet mais seul le fou aperçoit son ombre au dos. L’endroit scintille, trop de miroirs pour fasciner les corps et l’égo ; la culture de l’humanisme semble oubliée en ce lieu ci -
Cultiver le corps
Et l’esprit
Où est l’esprit quand le corps s’éveille à l’outrance ? Les écouteurs –musique anarchique en boucle, musique de l’enfer de rage de haine de réelle torture - l’empêche d’entendre encore et encore les murmures de compliments qu’elle imagine ou perçoit ; seules les perles de sueurs sur son masque de perfection s’autorisent à se faire sentir. Le souffle bruyant par l’effort, muscles chauffés mouvementés et joliment montrés ! Quatre-vingt kilos sur cette machine, cinquante sur celle-là ; la fine silhouette sait se plaire à elle-même, les poids ne servent qu’à impressionner. Selon ses pensées
Qui cachent, elles aussi
Une fureur n’étant plus nommée
Pire encore qu’une colère divine foudroyant l’ennemi ; on la voit seonghee, on voit ce regard déchainé, animal et respecté

Pour l’amour du sport, voyez-vous ----- chaque sons martèlent l’esprit à chaque coups donnés et à chaque insulte intérieure contre cette climatisation trop, bien trop puissante.

Ne jamais écouter la playlist de l’enfant abattu abattant, au risque de pressentir une folie démesurée.

Elle s’observe un instant, face aux miroirs de diamants ; joli reflet apprécié, la rage animale s’estompant aux connaissances s’approchant. Seonghee si classe si forte bravo seonghee tiens une serviette seonghee verre d’eau seonghee fruits à disposition seonghee ignorons ensemble l’éventuelle ombre possédée planant au dessus de vos esprits si fâcheux ! Elle les délaisse naturellement après une séance pure de sourires gratuits, préférant la solitude dans le vestiaire ; un instant où elle s’enfuit, seule au monde, sans rien ne pouvant se noyer dans son monde

Le monde vide, le monde perturbé ces temps-ci
Alors, pitié : un peu de calme, s’il vous plait.

Laid, ménage mal fait ; l’héritière en est quelque peu dérangée selon ses manières mais le vide s’occupe d’ignorer les faits.

Bruits de semelles épuisées, porte s’ouvrant en un léger grincement alors qu’elle vient à peine d’entrer. Il faut qu’elle se change, elle s’est comme défoncée à la tâche, chose curieuse mais rare pour l’enfant parfait

Croisement, puis détournement de regards venant de l’autre concernée et ricanement intérieur venant de la richissime perfection. Une naturelle agaçante, ayant l’air pressée en sa présence qu’elle observe un instant, orgueilleuse, brisant son calme dans ce silence

Elle ne sait pas exactement pourquoi, mais le masque se solidifie à chaque approche de son aura
Par sa réputation, ses dires entendus au loin, le reste qu’elle n’ose imaginer

Reflet ignoré ; hillary, sors de chacune de ses pensées ! Pensées brusquement éteintes à coup d’un claquement de porte avant qu’elle ne fut totalement fermée, bruits de serrures et insultes à l’égard d’une demoiselle ((bien fait pour ta gueule con**sse, habillons magnifiquement les dires d’une censure)) : c’est d’un œil trop indifférent qu’elle observe la scène, Seonghee. Parce qu’elle s’en importe, de pourrir quelques minutes alors que l’autre chose s’évertue à émettre une insulte

Trop de naturel
Elle juge cela trop vulgaire

Un fin sourire remplace déjà le soupir lassé alors qu’Iseul frappe un coup cette même porte victime ; la grande dame termine d’enlever son haut avec une douce lenteur, émettant seulement un rire étouffé en enfilant ses habits hors de prix.



-       Ah, ne t’inquiète pas voix faussement amicale, masque parfait devant agacer l’ennuyée je vais envoyer un message à une amie qui va venir ouvrir.

On t’a sonné, Seonghee ?
Observe ton téléphone quelques secondes
Il n’y a jamais eut de réseau en ce lieu, étourdie.



-       Oh. Fin soupir   Il faut attendre ; tu n’es pas claustrophobe, rassure moi ? Dis-le moi directement au cas où, je suis là.


On ne sait si l’attention est provocation, elle-même l’ignore encore : le masque lui-même a envie d’éteindre cette image d’Hillary peignant la demoiselle face à elle

C’est alors mielleusement, ne prenant qu’à peine le soin de la regarder – il fallait bien prendre le temps forcé ici à mettre ses beaux bijoux d’or rosé – qu’elle ajoute, sourire collé à la dynamite ensanglantée



-       C’est dommage d’avoir autant d’ennemis, jusqu’à en finir enfermée… Je te plains sincèrement, Iseul.

Ais l’air attristée Seonghee, personne ne se méprendrait à ta pique gratuite malgré le tutoiement trop gentilé
Ne pensant nullement que quelqu’un pourrait en avoir après elle
Parce que, cette enfant, elle est si parfaite
Et tellement aimée !




halte aux reflets ombrés
BY MITZI





☽☽ démon
accro au renom
assommé dans une illusion
sans nom
s e o n g h e e

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1851-they-won-t-take-me-out-my-element-
avatar
♢ Messages : 67 ♢ Arrivée : 01/08/2017 ♢ Pseudo : som ♢ Wons : 197 ♢ Avatar : amber liu (fx) ♢ Crédits : som (ava+signa) sial (code signa)

♢ Occupation : étudiante en musique & production, compositrice freelance
♢ Age : 21 ans (950725)
♢ Situation : vivant et entier, coeur à combler.

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Dim 20 Aoû - 23:36

untitled
Flot et tumulte.

Y'as tout qui semblait voguer à la dérive dans son cerveau, s'accrocher à la moindre rive qui semblait avoir du sens. Fallait pas sombrer, pas devant elle.

Murmures, paroles ou bruit de couloirs, ce nom qui revenait sans cesse jusqu'à ses oreilles. Langues déliés à ses éloges, à ses actions ou à sa personne.

Et il y avait eu l'observation.
Perfection.
Calcul au millimètre, droit, carré.

Un putain de chef-d'oeuvre.

Et ça lui avait creusé la poitrine à Iseul, en réveillant ceux qui restaient encore un peu caché dans les recoins de sa coquille, ceux qui attendaient une raison pour lui répéter nombre de phrases tant entendues.Tient toi droite bon sang.

Reflet du passé.
Comme dans un vieux cauchemars, songe

Seonghee.

Noyé sur les couches de tissus, elle l'a pourtant bien entendue.
Mépris.

Ou fausse compassion, c'est comme du miel pour mieux l'engluer dans ses filets. Elle tente de faire sortir un soupir maitrisé mais elle est moins habituée au jeu des visages que son interlocutrice. Iseul c'est une piètre actrice.

Intérêt portée à ses mots qui coulent de son masque de fausse bienveillance.
Y'as comme un ricanement qui lui vient.
Glas froid qui résonne du fond de la gorge de l'escrimeuse.

C'est quoi tes intentions ?

D'autres mots sortent de la poupée sous ses yeux. Patience comme maître mot. C'est comme si elle avait sentit l'odeur de ta propre nervosité, une hyène qui joue avec sa proie avant de la déguster. Faudrait pas lui laisser ce plaisir.

« C'est un bel intérêt que tu porte à mon état mental, tu m'en verras presque touchée. »

Cartes disposées sur le tapis Iseul avait choisis de jouer à son jeu. Est ce qu'elle arrivera à le tourner à son avantage ?
En tout cas elle ne se laissera surement pas dévorer.

Elle regarde la grande grâce enfiler ses clinquants, sa parure de reine serpent. Elle n'y ajoute mot, quitte à jouer au jeu, autant réfléchir à la meilleure façon de disposer ses cartes.

Première attaque de son adversaire et vagues peintes sur ses traits parfaits.

Inspire, expire.

La voix qu'elle avait entendue au dehors ne lui semblait en rien familière. À qui la faute de reposer dans le silence et la saleté.

« Donne moi le bénéfice du doute. Tant qu'un nom n'a pas été dit, on est aussi coupable l'une que l'autre Seonghee. La popularité ça attire la jalousie aussi. »

Elle veux la déstabiliser en collant sur son visage le même sourire narquois que la perfection lui avait adressé il y a si peut.

Premier rempart de l'armure retiré avec une certaine lenteur, quitte à passer le temps dans la cage aux lions autant tenter de le distraire en lui tournant le dos.

« Avoue que ça ajoute un peu de piment dans ton existence non ? Respire cette atmosphère, peut être que ça se reproduira plus tôt que tu ne le pense. »


Iseul ne te laisseras pas gagner Seonghee.



Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 748 ♢ Arrivée : 27/06/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 988 ♢ Avatar : Lisa - blackpink ♢ Crédits : suture - noh jin hyun - kibum
s a l e t é


aussi claire qu'un clair de lune
avec l'innocence de l'ennui
dessinant son esprit égaré
s e o n g h e e
♢ Age : l'âge d'une jeunesse envieuse ;
♢ Situation : En couple ; mais se fiche éperdument de l'être aimé

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Mer 23 Aoû - 21:23



Tout martèle.
Sourire perfectionné mais le tambour éveillant, parcourait chaque parcelle de son être d’une furie qu’elle essayait d’enterrer. Le masque fier s’accentuait, cercle vicieux et horripilant dont elle était victime, c’était si insipide ! La vipère s’ennuyait d’être avec quelqu’un illuminant (blasphème) ses piètres instincts, ces instincts d’un passé qu’elle oublierait à tout prix. Elle tentait à tout prix de voir la situation comme un jeu, seonghee, et non une épreuve dépassant à même ses capacités d’actrices merveilleuse.
Iseul
Iseul
Iseul
Elle l’entend au moins possible, ce prénom lointain et malheureux. Un génie, disent-ils. Elle se refuse à voir cette ennemie comme un reflet de génie, génie désolant génie marquant
Génie fou ?
Elle espérait que non.

C’est avec nonchalance qu’elle mit un écouteur, se lançant elle-même dans une de ses multiples mélodies de haine. Irrespect profond quand on la connait, ce n’est nullement de ses manières qu’elle installe une mélodie d’enfer en pleine discussion. Jugeant, jaugeant tel un insecte qui l’apeure secrètement
Elle ne peut se désintégrer, par un filet acide de remarques incroyablement nauséeuses ?

Traître étirement de lèvres alors qu’elle est tenue droite comme un i, comme si une palette d’ouvrages étaient posés sur sa tête ; elle ne fait que sourire avec horreur quant à sa première remarque.
Cela ne valait la peine d’y apporter une réponse, le théâtre peut aussi être absurde quand il est tinté d’une base de vide.
Elle sent l’ennemie sportive comme elle, attaque à l’épée de dire, c’était aussi leurs domaines après tout -----
Extrême mauvaise humeur intérieure déplorée, remarque trop peu dosée par la politesse. On croirait que la princesse en serait déstabilisée, et elle l’aimerait tellement ; seulement, elle a trop vécu avec cette provocation constante, non contre elle mais contre tout les autres,
Elle empirait ses souvenirs, iseul.

- Popularité ? Le campus est immense, personne ne va importuner quelqu’un d '’un peu apprécié voyons, même par jalousie. C’est le doute qui cache la logique lui-même... haine gratuite en enjolivée de ce ton si cristallin, un diamant déjà pourrit par ces quelques minutes enfermées, c’est navrant on serait aussi coupable l’une que l’autre ?

Ricanement révélé, le diable déguisé se permettait d’énoncer la réalité de son vide lui-même. Colère qui bouffe, qui dessine, qui transperce à même son regard.
Elle la fixe
Miroir de vérité alors, de vide mal-aimé

- Excuse-moi, vraiment... Mais être comptée dans un « on » et dans un « coupable », très peu pour moi.

Pause dans l’insulte sous-entendue avant d’en rajouter, comme à l’habitude

- Cela me navre, mais... Je t’en prie, la solitude ne doit pas servir à accuser quelqu’un dans le coupable. Insinuerait-elle que l’autre est seule, seule comme elle ? Est-elle seule, Iseul ? Lirait-elle en elle comme dans un livre ouvert, ou se verrait-elle de trop dans une haine similaire ?

Elle observe un nouveau reflet de fausse perfection, sourire imité avec une jolie merveille. Ça ne frustre pas l’enfant malgré la provocation
Elle est si vide, en même temps, seonghee
Que rien ne lui vient, hormis cette agacement trop élevé qui l’enveloppe tout entière ! C’est affligeant, un véritable mur de marbre, monstre qui ne bronche pas parce qu’elle n’en a nullement le choix ; elle écoute avec une terrible neutralité la demoiselle, ce dire vide de sens et d’harmonie. Elle assiste à une impulsivité qui la révulse seonghee, un amat de sentiments trop nombreux trop fiévreux trop tout !
Mains portées sur les hanches
Taille mannequin ----

- Piment ? Illogisme de la perfection elle-même qui ne comprend pas la remarque L’existence n’a pas besoin de piment pour être réussie, alors non. Critique de ses dires eux-mêmes, elle est cruelle l’enfant

Enfant qui s’approche d’un pas
Provocation
Un pas pour elles deux c’est un pas de trop
C’est le pas de l’allergie même

- Tu sais... La reproduction des choses ne se fait que si l’on est cette propre reproduction. Je ne suis pas cette atmosphère, alors je n’aurais rien.


Le sourire persiste, infâme calomnie
Elle avait si raison, seonghee, mais mentait
Cette haine, cette situation
Reflétait ce qu’elle était
R  é e l l e m e n t.

halte aux reflets ombrés
BY MITZI





☽☽ démon
accro au renom
assommé dans une illusion
sans nom
s e o n g h e e

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1851-they-won-t-take-me-out-my-element-
avatar
♢ Messages : 67 ♢ Arrivée : 01/08/2017 ♢ Pseudo : som ♢ Wons : 197 ♢ Avatar : amber liu (fx) ♢ Crédits : som (ava+signa) sial (code signa)

♢ Occupation : étudiante en musique & production, compositrice freelance
♢ Age : 21 ans (950725)
♢ Situation : vivant et entier, coeur à combler.

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Sam 26 Aoû - 0:38

untitled ∷Ça tourne tourne encore sous ses mèches éparses, Iseul elle pense en images technicolor sauf que le bouton stop c'est rouillé avec le temps et plus rien n'empêche l'irréversible défilé visuel.

Extinction des lumières

Coupez.

Crâne enfoui dans les profondeurs, elle se cache du reflet brisé qui lui fait opposition, faut qu'elle réfléchisse que ça redevienne clair pour pas qu'elle laisse  le contrôle à ses nerfs. Elle aimerait, elle l'aimerait tant, faire place à sa douleur et tout éteindre. Rideau sur ce qui aurait dû être pour enfin pouvoir avancer.

ça ferait surement un joli bang bang.


Les mots sortent de la bouche exécrée, ça coule comme du venin, lentement touchant à ses sens pour essayer de lui faire perdre la raison. Ses pupilles se perdent à nouveau vers elle, vision fiévreuse. Est-ce qu'elle aurait perdu tout sens de la réalité ?

Iris qui se perdent dans cet autre regard, cet autre miroir. Le reflet qui s'en présente en reste pourtant semblable

monstruosité abominable.

Puis le silence, retour tête dans le recoin sombre à la recherche de ses affaires, elle se sait impuissante face au pouvoir des mots sur le contrôle de ses expressions c'est son dos qui joue le meilleur rôle de leur petite pièce. Iseul elle ne sais pas se défendre, elle n'a appris qu'à reculer pour mieux attaquer.

trois pas, esquive, feinte en avant.


« C'est triste de vivre dans un tel univers qu'on en viendrait à fuir la réalité Seonghee … »

Touche, du moins elle espère que l'arbitre lui accordera ce point. Creux au niveau de sa cage thoracique, ça se soulève difficilement sous sa carcasse. Accumulation d'angoisse et de peur qui bloque l'arrivée d'air. Le masque elle ne sais pas le porter avec autant d'assiduité, c'est un pantin largué à la dérive de ses démons. Une mauvaise manipulation et ça pourrait finir en une belle explosion.

y'as pas de retardement dans la machine Iseul, juste un bon gros bouton.

Elle s'autorise à enfiler une nouvelle armure avant de lui faire de nouveau face, rien à envier à l'amas de bon goût qui recouvre le dos de son adversaire. Rien qui ne lui fait envie non plus, elle sent le temps passer sur chacun des choix minutieux qui on fait la carapace qu'elle retrouve devant elle.

diable dans son carcan de dorure.

Les gestes en face se font plus présent, plus marqués. Se laisserait t'elle tomber en proie à la colère. Esquisse peinte sur le visage, elle fait front face au pas du félin qui s'avance vers elle. Elle écoute oreille tendue, avide à ses mots où elle en comprends le sens. Elle cherche la moindre fêlure qui lui permettrait de placer son prochain coup avant que la réplique de son adversaire mette son esprit K.O

un rire qui fait boum dans la tension de la pièce, une envie de la faire sortir de sa maîtrise de glace. Fausse assurance qui ce remet peu à peu en place. Désolé, maintenant c'est à toi de faire tomber le masque.

Brisure dans un autre pas pour se retrouver face à son visage, ce n'est plus les gouffres qui ornent son faciès qu'elle regarde mais son être même. Autre ricanement face à la posture droite, aux ongles fait à tous ces éléments qui forment le rempart ultime. Souvenir d'un vie passée à suivre les mêmes diktats à ne vivre que pour l'image qu'on véhicule de soit.

brûle brûle brûle.


« ça fait quoi de vivre dans ton atmosphère Seonghee. De vivre de sourire creux et de paroles vides pour plaire à la basse-cour. Il doit être bien beau ton monde imaginaire la description que tu en fais me donnerait presque envie de jouer la comédie à mon tour. »


Mouvement fort de sa poitrine à mesure de sa montée d'adrénaline, sourire dément qui enveloppe son visage, ses mots ne font surement plus aucun sens mais rien ne semble empêcher le flot. Trop plein d'images refoulée qui refont surface et Iseul elle aime pas la noyade. Un autre pas si proche qu'elle pourrait en sentir son souffle, poing frapper en trois à-coup léger sur l'épaule, comme pour une autorisation à plonger dans la fausse perfection qui lui fait face.

y'a plus rien d'humain dans son regard


« c'est presque amusant comme ça sonne creux… »



Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 748 ♢ Arrivée : 27/06/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 988 ♢ Avatar : Lisa - blackpink ♢ Crédits : suture - noh jin hyun - kibum
s a l e t é


aussi claire qu'un clair de lune
avec l'innocence de l'ennui
dessinant son esprit égaré
s e o n g h e e
♢ Age : l'âge d'une jeunesse envieuse ;
♢ Situation : En couple ; mais se fiche éperdument de l'être aimé

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Mar 29 Aoû - 23:08



haine
haine qui frappe qui s’enchante et qui déchante
c’est un véritable ensorcellement
dont tu es victime, seonghee
et, alors que tu toises avec une nonchalance peu effacée par le miel emplissant tes dires
tu assistes aux piques intelligentes
qui intéressent à l’outrance !
------
Fierté ; Littéraire. Indépendance de caractère de quelqu'un qui a le sentiment de son honneur ; dignité, noblesse, amour-propre : Il souffrait dans sa fierté d'homme. Sentiment d'orgueil, de satisfaction légitime de soi ; ce qui fait concevoir ce sentiment : Il tire une grande fierté d'avoir achevé son entreprise.
------
C’est l’hilarant qui se moque alors de l’effroyable dédain ; la grande dame se retrouve assigée de cette fierté allant au malsain. La fierté du pouvoir des mots contrôlé avec une douloureuse perfection, alors que l’autre cédait. On le pressentait à l’aura, à la rage déformant les prunelles, à toute l’évasion que seonghee lisait dans le miroir sans qu’elle ne puisse en comprendre l’effet
elle se sentait gagner seonghee. Un bain de chaleur dans le glacial qu’était ce semblant d’âme broyé alors qu’elle toisait. Teinté d’une crainte de l’inconnu du miroir de cette haine emplissant son être, couleurs de la situation qui déchante par l’intelligence de l’autre qu’elle eut oubliée dans le prétendu court combat -----
monstre d’illogisme à son égal paraît-il, elle attaquait avec des remarques des plus élevées, évaporées dans la logique énoncée classique, terrienne à vrai dire
sourcil arqué ; pas la méconnaissance, la folie pire suit les dires de l’autre avec une facilité curieuse, trop curieuse pour être ignorée. Non, c’est la similitude d’HIllary qui se ressert et entrave ses veines, c’est la curiosité malheureuse qui refait surface. Les dires qui n’ont aucun sens, elle les a tellement entendu
masque vacillant un instant, le vide transparaît dans le vestiaire
triste de vivre dans un univers non réel ; doux sens, trop doux quand à la signification que ce fait la princesse par sa propre vérité.
Le vide, est la chose la plus réelle
de ce monde si affreux !
Mélodie qui s’accélère et cadence en transe, c’est le masque qui semble de dissoudre au fil des secondes. Une autre personne à son égal, une autre personne qui énonce des choses dans la provocation la plus spontanée. La poupée de cire ne saurait se défaire rapidement de ce masque qui la hante, si ce n’est que pour une personne qu’elle a encore en tête. Ici, c’est la peur absorbée par le vide qui la arque dans tous les sens, explosion intérieure la brûlant
exterminer la bête avec tous ces sons qui lui explose les tympans, elle ne souhaite plus entendre dans choses qui l’intéresse
mais, que veut-elle
les dés sont lancés
et le jeu se doit d’être manœuvré. Le costume de l’ennemie change de forme, elle se tourne face à elle, montrant alors en détail ces carapaces plus profondes plus creuses plus belles dans le courage aveugle
malheureuse, allier le mal à l’amiable dans l’agression desservirait le démon en deux -
elle attaque avec brio iseul, à fond dans le jeu face à l’adepte des mots où elle recule toujours. Seonghee n’attaque jamais réellement, le masque préfère dissuader pour ne pas se fondre dans les méandres des ennuis instinctifs.
Si elle attaque, seonghee
c’est le passé qui fait surface et le vide qui s’entasse dans ces orbes
e n f e r, elle a si envie de lancer l’épée retourner la plaie et l’arracher avec violence, langue qui picote qui lancerait les bombes à la seconde. Le masque étouffe les instincts primaires, c’est hideux à voir par l’absence d’émotion ; c’est un fait déploré.
Rire tonitruant
absence d’hésitation de voile dans la pulsion
hillary
hillary

ça fait boom boom dans l’esprit de l’héritière offre un mal de crâne à l’avance alors que l’impassible persiste avec une pointe de douleur. Et alors qu’iseul détruit sa distance minimum, c’est le comble cruel. Personne ne touche à son espace, personne ne la broie encore et personne ne la trépassera
ses fans sont toujours là, mais toujours plus loin d’elle, on n’approche jamais trop près d’une peinture dans un musée, on ne frôle la peinture avec la crainte de l’abîmer ; le ricanement éveille les souvenirs, éveille le génie se cachant encore dans la sérieuse élève qui travaille pour avoir ce qu’elle souhaite
alors qu’elle est détraquée
si détraquée
et iseul qui parle, qui parle toujours trop et d’une manière exécrable ces paroles non ponctuées selon sa personne confuses dans l’énonciation
plus aucun codes de débats de dialogues
plus
aucun
codes
enfermement empêché ; terrain qu’elle ne veut plus frôler, mais elle s’en retrouve obligée. C’est dans le terrain du génie perdu qu’elle est la meilleure seonghee
mais ça brise l’image
en trois.
((encore immobile seonghee, la glace ne fondra sauf pour être l’eau allant faire glisser l’ennemie sans mal))
c’est l’approche le contact qui est interdit, on ne l’effleure pas sans autorisation seonghee ; la haine de contacts physiques provoqués qui se fait ressentir à travers le silence comme réponse. Le masque se décolle à moitié, reflet amplifié de la haine
miroir se trompant
hillary iseul hillary iseul hillary
iseul
hillary

elle voit flou, seonghee. L’inhumanité différente mais incroyablement similaire alors qu’elle révèle une parcelle de sa monstruosité à son tour. Tel un cadeau d’une déesse qu’elle lui offrait gracieusement. Elle ne parle pas encore la demoiselle, mais l’aura déchante, le regard vint se vider de l’actrice si parfaite ; c’est l’ironie dans ce grand blasphème.
Œuvre d’art revenant à l’état de feuille blanche, on a gommé tellement de fois dessus que les bouts s’en retrouve effrité, refusent de réellement se dessiner
elle oublie les couleurs
pour se définir
seonghee.
C’est le pas en arrière qui vide qui ravage, écarter la main qui la provoquait sans description d’agacement sur les traits trop étirés par le jeu continuel ; elle possède une mémoire des plus merveilleuses, des réflexions les plus complexes et rapides
si rapides qu’elle ne peut les ignorer alors qu’elle fixait lourdement l’autre génie ravagé par ce qu’elle voit face à elle-même
vide soudainement libéré par la curiosité du démon s’éveillant, le besoin de montrer que la folie s’était présentée à elle, sourire au lèvres
elle ne montre aucun sourire, aucune formule, les dires s’en retrouve saccadé par cet esprit trop rapide qui est décelé
r é a l i t é


- rien ne sonne dans ce type d’univers.



s’approchant à son tour, foudroyant, œils en sangs symboliques

- c’est le principe. Se fondre dans l’atmosphère. Demander ce que cela fait d’y vivre prouve que tu ne connais pas ce monde.


Elle claque d’un doigt se fourche la langue dans ses dires au vide pressé et empressé

- il y a un détail ignoré qui détruit tes arguments. Les humais n'ont pas la même vision que toi. Pas tous. Critique naturelle si fluide si lourde de sens c’est le vide qui s’amuse de l’impulsivité un brin jalousée amusant ; beau ; comédie ; vivre. Ces termes si francs que tu décris sont une illusion.

Son écouteur se dérobe, elle se décale en le rangeant dans ce sac à main dernier cri. Signal qu’elle est empêtrée à son tour dans le besoin de savoir si cet esprit allait l’égaler dans la compréhension. Avant de s'approcher d'elle provocation par la peur d'être dévorée comme avant
distance de sécurité très présente malgré tout, on ne change pas les traumatismes si facilement Dans cette solitude qu’est la sienne
qu’elle comprenne
qu’elle voit tout selon son angle, iseul

((manque d’objectivité))

- Tu vis aussi dans l’illusion, Iseul.


Vide qui s’impose petit à petit dans un discours si inhabituel à la superficialité, les révélations qui tombent comme des mouches empestées
bienvenue chez elle
chez le rien d’un tout bien inventé, dans la vraie folie comme on ne l'a vu
la reine de la perfection déteint en film d'horreur
bienvenue
i s e u l.
halte aux reflets ombrés
BY MITZI

bsr:
 






☽☽ démon
accro au renom
assommé dans une illusion
sans nom
s e o n g h e e

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1851-they-won-t-take-me-out-my-element-
avatar
♢ Messages : 67 ♢ Arrivée : 01/08/2017 ♢ Pseudo : som ♢ Wons : 197 ♢ Avatar : amber liu (fx) ♢ Crédits : som (ava+signa) sial (code signa)

♢ Occupation : étudiante en musique & production, compositrice freelance
♢ Age : 21 ans (950725)
♢ Situation : vivant et entier, coeur à combler.

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Sam 9 Sep - 17:34

untitled ∷ Plonge, plonge, plonge ….
Plus loin dans le regard de cet autre face à toi, y'as plus de fuite ni de pas en arrière.

Iseul elle a oublié sa stratégie, sa bonne conduite et ses techniques de combats.
Ici y'as plus rien que son être abandonné au brides de sa souffrance.

Les flots ont été lâchés et elle sera pas la seule à être noyée, phrases en suspend un bout de son autre main qui vient joncher ses flancs. Basculement jour/nuit de ses paupières elle tente peu à peu de faire revenir le semblant de raison qui l'habite encore. Raison effacée au propos de la vipère à ses côtés.

IN OUT

Elle entend plus que le bruyant de ses propres poumons. vide vide vide. Brisure pour se raccrocher à un semblant d'air, brisure de sa propre image dans sa tentative désespérée de pas couler. Elle était jamais partie aussi loin dans ses émotions sans sombrer, qu'est ce qui la faisait tenir autant ? Une autre personne ou une autre situation l'aurait rendu à l'état de déchet perdu dans un coin, pleurant et reniflant.

comme un gamin hurlant au cauchemar


Les pieds étaient pourtant droit dans le sol juste son souffle pouvait trahir les rouages qui tournaient pas rond sous les mèches sombres, le mouvement éperdu de ses pupilles également.

Et ça fait boum sous ses yeux

Sa gesticule, sa recule pour finalement faire partir sa main au plus loin. Interrupteur placé sur le système off elle aurait jamais cru que ça change du tout au tout plus facilement. Une apparition.

Rictus formé au coin de ses lèvres malgré le semblant de peur qui transcende son regard, fêlure du masque, s'en était presque beau à voir. Iseul, Christophe Colomb des temps modernes, à toi de t'attribuer cette nouvelle découverte en terrain inconnu. Planterait tu ton drapeau parmi les longs fils à soie ?

Sauf que ça parle, trop rapide pour pouvoir contrer ses dires. Peut être trop peu habituée au jeu du langage pour faire mûrir sa réflexion. Bêtement elle écoute hypnotisé par on ne sait quel charme lancé à son encontre.

No safety or surprise, the end
I'll never look into your eyes, again


Sa bloque au niveau de sa gorge, les paroles font effet elle le sait pourtant elle ne tente pas de les nier, Iseul elle s'est déjà perdue dans sa propre réalité. Pourtant y'avais un truc qui la dérangeait dans l'amas doux-amer

se fondre dans l'atmosphère

Seonghee maître du jeu ou fantôme disparaissant au bruissement des cartes ? Elle ne savait qu'en dire de tout ce qu'elle voyait il n'y avait qu'une fausse apparence, désir de plaire à outrance. Puis elle avait vu la chute derrière le masque, un puzzle incomplet ou un gouffre sans fond.

Amas amas amas, plus rien ne semble arrêter la folie consumée. Sa crache toujours avec une étincelle de génie les mots et les phrases qui font plus de sens que ses propres paroles et sans l'admettre elle est un brin émerveillée. Monde à étage que lui décrit son reflet, vision décalée sur plusieurs pensées humaine.

Pour Iseul le monde elle le voit comme une vague de souffrance, ça t'abat d'un coup, te coupe le souffle au point de te retourner visage contre le sol ne sachant plus si la vie est toujours là dans tes entrailles ou pas. Puis sa reflue, laissant dans l'angoisse et l'attente d'une nouvelle écume de douleur au loin. Y'as le répit puis encore une autre jusqu'à ce que ta carcasse se repose six pieds sous terre.

Elle sent les distances et le rapprochement de cet autre. Attente encore et toujours, attente pour mieux répliquer, attente pour voir les dernier morceau du masque s’effriter.

réfléchit réfléchit …


« Tu pense qu'on a la même vision toi et moi ? Toutes les deux bloquées dans des illusions fabriquées de toutes pièces pour combler nos fêlures ? »


Pourquoi elle lui disait ça ? Pourquoi pourquoi ? Il avait fallu qu'elle ouvre la bouche, charmée par l'inconnu et la fascination, fallait qu'elle prouve quoi ? Qu'elle aussi n'était qu'un pantin raccommoder qu'on forçait à avancer ?

Un pas … deux pas

Main avide d'étouffer ce qui voulait encore sortir. Tentative peu efficace …

« T'attends quoi de moi Seonghee ? Que je te dise que le monde est mauvais et que les humains sont des salauds et que malheureusement on est bloqué dedans ? Tu le sais autant que moi t'as pas besoin de moi pour te dire tout ça … »

Retour des poumons bruyants dans un pas esquissé en arrière, elle voulait pas sombrer avec elle. Brasse et mouvement de bras pour pas se noyer.

« Sauf que je suis plus dans l'illusion … j'ai fuit la réalité quand j'ai compris que je n'aurais rien si je continuais à vouloir être perfection. J'ai arraché le pansement et j'ai eu mal, j'ai toujours mal … et plus je souffre plus je sais que je suis en vie. »

Douleur du dos qui chute contre le casier, passage de ceci au second plan alors qu'elle s'abandonne à exprimer le tourbillon dans son crâne. Pourquoi elle cherchait tant à se faire comprendre ?

« J'ai plus voulu suivre les règles et j'ai arrêté de jouer. C'est ça la différence entre toi et moi Seonghee … »


Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
♢ Messages : 748 ♢ Arrivée : 27/06/2017 ♢ Pseudo : mari ♢ Wons : 988 ♢ Avatar : Lisa - blackpink ♢ Crédits : suture - noh jin hyun - kibum
s a l e t é


aussi claire qu'un clair de lune
avec l'innocence de l'ennui
dessinant son esprit égaré
s e o n g h e e
♢ Age : l'âge d'une jeunesse envieuse ;
♢ Situation : En couple ; mais se fiche éperdument de l'être aimé

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Jeu 14 Sep - 20:37




Effroyable
Cette confusion d’un génie perceptible par son propre vice
C’est l’ennui qui plane en roi, qui toise et qui ricane silencieusement dans l’espace clos
L’air manque
Mais elle continue sa science, seonghee.


-------

Science ; Ensemble cohérent de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d'objets ou de phénomènes obéissant à des lois et/ou vérifiés par les méthodes expérimentales. Chacune des branches de la connaissance, du savoir (souvent pluriel) : Les sciences mathématiques. Littéraire.

Alors que si l’on définit la science sous un angle plus spécifique, on l’amène à une réunion de preuves concrètes. Quelque chose de naturel, quelque chose ne venant pas spécifiquement de l’homme. L’homme peut-il être pleinement une science ? C’est la question que se posait souvent l’héritière, fureur dans les oreilles alors qu’elle soulevait des poids. Qu’elle établissait des records et combattait contre elle-même. Il s’avère cependant qu’un homme est avant tout un être pensant. Un être imprévisible, un être qui s’arque à la vie qu’on essaye sans cesse de préméditer ----
C’était ainsi. Seonghee appartenait au contrôlé permanent, à la prévoyance impossible. À la perfection, la frustration de tout pour percevoir de l’envie par les pairs ; elle mettait la barre trop haut. Mais jamais assez, répondait-elle, à la limite de son âme elle combattrait contre son ennui
Et sa certaine inutilité ?
Elle se demandait quelques instants, la curiosité s’éveillant malgré elle ; était-elle comme elle, Iseul ? Réellement ? Comme elle, hillary ? La même confrérie ?

((Confrérie traître par sa solitude même, l’abandon qui cerne les traits de l’ancienne victime hillary hillary aaaah mauvaise mine le mot mauvais apparaît encore en tapant du pied
Ne m’oublie jamais, seonghee
je suis peinte en toi jusqu’à la limite de l’aura que tu affirmes
mensonge que j’étais moi aussi
----))

C’est les masques, les airs qui se décomposent sans douceur, c’est des explosions opposés qui encombre à présent la pièce. Mais le génie est lancé, le génie est foudroyé et attend un niveau. Une étincelle de souvenir allant faire briller ce cœur vidé de sens
De sentiments
De puissance ?
Et, dans le néant de pensées emmêlées, elle demandait alors
Le génie était-il à lui seul, lui aussi, une science à étudier ?
Croyante d’une vie moins terne par les diamants, tel était son état de pensée à la sortie de la maladie d’amour ; tout comme la croyance que cette maladie était soignée. Elle n’avait conscience de ses réactions, seonghee ; le corps à l’agonie parfois, hurlant par des tremblements le soir laisse moi, maîtresse, laisse moi vivre et aimer la vie --- mais elle n’y voit pas d’intêret, seonghee.
Aucun intérêt à aimer la vie. C’est la craquage interne de l’autre personne qui se perçoit aussi, esprits brisés ou libérés ; science, une énième fois ? Des sujets qui ne parviennent à suivre les mêmes chemins de réflexions, mais qui se fonde en une réflexion jugée délurée. Alors, vide au visage mais étincelle à l’âme, l’enfant écoutait les dires de la récente estimée. Les questionnements qui résonnent, frappant par leurs logiques. Logiques pour elle ? Intéressant qu’elle se répète à elle-même signale d’alarme principale faiblesse, mais elle n’allait reculer seonghee c’est l’archéologue caché qui gratte à la recherches de trésors
A s’en détruire les mains. Les bras qui, malgré elle se rejoignent pour former la barrière gestuelle, tout croisé alors que ses orbes n’attaquaient plus. C’était un vide qui absorbait les indices d’intelligence, une véritable machine qui s’actionnait par les minutes s’écoulant ; était-ce une lueur similaire qu’elle percevait dans le regard de l’autre, ou le miroir de ses espérances ? Elle reproduit l’envie d’hillary et la fuite de celle-ci à travers le spectre d’un autre être. Chose navrante, mais elle ne pouvait se blâmer, c’était l’instinct qui la guidait. Patience d’or alors qu’iseul continuait, lancée elle aussi à son manière. Tumulte qu’elle ne sait contrôler, son corps répond à l’appel, retour en arrière et bras agités ; nouveau miroir face à elle.
Sa propre personne enfant, celle qui ne contrôlait ses mouvements qu’à travers le vent
Alors que seule la glaciale atmosphère la guide à présent
((cruelle gravité, seonghee.))
Le visage qui se crispait légèrement au casier qui se plaignait d’un léger choc, où l’animation du discours s’avère personnel par le terme « je ». Elle n’avait encore dit « je », seonghee. Elle parlait à la théorie, au elle au on au tout pour affirmer ses pensées. Pas par manque de courage mais par habitude, plus personne pour la comprendre, émerveiller ses dires ou les confirmer, personne pour étaler ses pensées de dite dégénérée. Et Iseul qui avait l’air perfectionné dans cet art, dans la vérité qui effraiyait, dans une autre fuite que la sienne ; quelle serait la véritable réalité, alors ?
Elle avait face à elle une autre perfection souffrante, ayant prit un autre chemin. C’était la clé qui actionnait l’esprit endiablé. Le « je », si timide qui allait s’élever à son tour
Pour se faire comprendre, elle aussi.

- Donc, tu es heureuse de souffrir ? D’assumer ta réalité ? Je ne sais même pas si l’humain est réel. Alors, très sincèrement...

Court rappel de la folie, mais l’enfant ne se cachait plus. La certitude d’avoir une semblable s’affichait par l’air de réflexion intense, pure, encore vide par la mauvaise suture ; mais, malgré tout. Le vide semblait animé
Légèrement animé
Fine brise dans l’endroit confiné

- Je dois posséder des fêlures identifiées. J’ai essayé de les réparer. J’ai créé une œuvre d’art, c’est tout. Rappel de son soi du masque parfait d’hillary qui murmure à son oreille qu’elle est belle alors, je pense donc être bloquée dans une réalité. Parce que c’est le seul moyen que j’ai. Avoir, pour ? Vivre, dépérir, oublier les sentiments ? Protection trop bien faite ? Le monde est-il mauvais ? C’est ton avis. Le monde n’est, selon moi,  qu’une vulgaire opposition. explication scientifique, résultat de multiples écritures et lectures acharnées durant des lustres alors, je me fond dans l’opposition, et je trouve l’opposition passionnante. Ton assez robotique, trace d’âme disparue un instant par l’observation vue du ciel du désastre humain l’humain est donc opposé et passionnant.

Elle s’enfonce dans sa confession, à son tour
Mais en arrive au fait
Réelles pensées qui font surface

-  alors, il peut être mauvais. Mais il en reste humain. Tu as l’humain en toi ; tu es capable de courage, de sentiments, de vie et de fuite. Voir le tout comme un jeu. Voilà la différence.

Gestuelle qui se décale à son tour, encore droite comme un i seonghee, elle était tombée dans son vide et allait enfoncer l’autre à son tour
Comme on l’a enfoncé elle, et malgré elle

- En somme, mon humanité à moi... Je crois qu’elle a été absorbée.

Telle l’eau qui disparaît après un bain, ou un alcool vidé d’un trait, de l’évaporation de l’ancienne pluie ou de la nourriture qu’on déguste
Absorbée
Simplement
A b s o r b é e
Ce terme vague, sais-tu à quel point il est terrifiant, seonghee ? Et sais-tu pourquoi, en dehors de ce ton utilisé, à en faire frissonner l’échine, - la cruelle science qui affirme qu’elle est devenue un monstre vivant- ce mot apeure à l’instant même ?
Parce que qu’il respire l’enfance passée
S e o n g h e e
(ah, nostalgie.)

halte aux reflets ombrés
BY MITZI

heyyaaaa:
 






☽☽ démon
accro au renom
assommé dans une illusion
sans nom
s e o n g h e e

Revenir en haut Aller en bas
member of wassup daegu
Voir le profil de l'utilisateur http://www.w-daegu.com/t1851-they-won-t-take-me-out-my-element-
avatar
♢ Messages : 67 ♢ Arrivée : 01/08/2017 ♢ Pseudo : som ♢ Wons : 197 ♢ Avatar : amber liu (fx) ♢ Crédits : som (ava+signa) sial (code signa)

♢ Occupation : étudiante en musique & production, compositrice freelance
♢ Age : 21 ans (950725)
♢ Situation : vivant et entier, coeur à combler.

 can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul | Dim 8 Oct - 0:17

untitled tac.tac
gauche droite

passe l'épée dans l'autre main

un point

tac.tac

Dehors, dehors, hors de l'eau.
Elle secoue, énergie du désespoir pour faire rentrer tout à l'intérieur.
Fermer tout, les yeux et les oreilles, retourner au mur de fer, au barrières. Silence.
Iseul et ses démons, Iseul et sa douleur
Lié par les fils à soie des Moires.

Destin.

Seonghee, comme cauchemardesque a présent.
Elle remarque même plus les vestiges de sa façade parfaite sur ses traits.

Gouffre.

T'aurait pas du Iseul, la faire parler la faire sortir.
Arracher le papillon de sa chrysalide.
Elle avait vu l'intérieur et il n'y avait plus rien désormais.

Coquille.

Et elle s'y perd et y replonge, plus loin dans les vestiges de sa propre mémoire.
Retour VHS sur les souvenirs longuement renvoyer au plus loin.

Mémoire de cet argent dépenser pour la déliée, la faire parler, pour tenter de la comprendre sans jamais vraiment y arriver. Elle les avait entendus et n'avait qu'obéit à leur loi, leur dire ce qu'il voulait entendre. Gamine étrange.

Pourtant elle avait vu, elle avait été la première d'ailleurs celle qui avait peut-être donner l'alerte.
Ophélie noyée dans la bassine, rien de la beauté d'un drame shakespearien. Juste l'ondulation noire des cheveux, une simulation médiocre de la vie. Et le royaume de l'invisible, du plus rien ouvert dans ce regard qui la fixait à travers la membrane aqueuse.

rouge, rouge, rouge


Souvenir.
Pourtant ce regard ancien il était toujours la toujours présent. En cauchemars ou à la croisée d'un bassin.
Et dans ton regard Seonghee.

Celui ou plus rien ne vit
.

Prisonnière de l'étreinte du vide et de l'ampleur de ses paroles elle ne peut plus rien faire que d'écouter encore et toujours. Jargon de la souffrance, langage qui lui est familier, à certains de ses mots elle s'y reconnaît.
Percée à jour comme on déballe la friandise avant de la gober.
Une seule bouchée.

Heureuse,
Elle à longtemps cru qu'elle n'était qu'un être interdit au bonheur forgée par les vieux contes de fées. Utopie sur papier glacé qu'on avait tenté de lui inculquer, seul un être parfait peut atteindre cet objectif tant rêvé.
Sauf que y'avait plus que des pièces cassées un peu rafistolé avec le temps. Iseul elle sait plus si elle doit encore y croire, espoir, si l'atteinte d'un bonheur suffirait pour la combler.

Souffrance,
Des jours avec et sans, plus dans le premier sens que dans l'autre.

Anesthésie.

Apprentissage. A vivre avec, pour toujours.
Elle n'est pas heureuse de souffrir, mais la souffrance fait partir intégrante de son être.

Et ça la ronge comme un cancer.


Humain, un concept évasé effacée. Elle s'y appartient pourtant même si elle ne sait plus ce qui en elle même la fait rentrer dedans. Une autre personne de plus dans cet amas grouillant tiré par le fil de la peur pour continuer à avancer.

Une réalité.

Et elle se livre et se confie Seonghee, à l'oreille d'Iseul qui ne sait plus pourquoi, comment, dans le questionnement de son intérieur qui laisse finalement les mots de l'autre remplacer les siens.
Art comme description, perfection pour définition, née de l'observation.

Terrible création.

C'est la fuite vers une réalité autre pour oublier. Pour continuer à quoi ? Jeu du semblant pour se mentir à soi-même et se dire que tout va bien.

Est-ce que ce miroir serait au-dessus, des autres, de la vérité elle même. Elle se sens comme cobaye aux mains de la scientifique, Seonghee qui possède la connaissance, trop grande trop forte.
Qui noie Iseul sous les éclairs de génie.

Dépouillée

« - comment est-tu capable de ça ? De deviner, de savoir sur moi … »

Seonghee
Lucifer
Chute de la lumière vers les ténèbres.
Pensée brillante dans un carcan dont on ne maîtrise plus les bords.
Plus de perception de l'espaces du vide qui s'étend et qui l'enveloppe, Iseul, doucement.

« Si c'est comme ça que tu te définis alors comment tu fais pour rester toujours debout. C'est pas la prétention qui peut continuer à te faire bouger. Le seul fait que tu te tienne devant moi me montre que t'est capable de vie toi aussi. »

Tristesse imperceptible.
Plus de mépris, plus de jeu de facettes.
Juste l'incompréhension
la curiosité
et la pitié.

« Qu'est ce qu'on t'a fait pour que tu sois comme ça »


Trou Noir
Antimatière
Qui aspire tout vers un incertain.




Revenir en haut Aller en bas
 
can't pick a side, the gemini - seonghee/iseul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wassup daegu. :: beojnamu university
the university of daegu
 :: le campus :: complexe sportif
-
Sauter vers: